Bienvenue sur Innovation Porc !

Évaluation de la teneur en mycotoxines des hybrides de maïs adaptés aux conditions de croissance du Québec

Chargés de projet

  • Gilles Tremblay, Centre de recherche sur les grains inc. CEROM), Saint-Mathieu-de Beloeil (Québec) 
  • Sylvie Rioux, Centre de recherche sur les grains inc. (CEROM), Québec (Québec)  

Objectif du projet 

L’objectif principal de cette recherche est de déterminer, en fonction d’une pression naturelle exercée par les pathogènes, s’il y a des différences entre la teneur de quatre mycotoxines (désoxynivalénol, fumosinine, zéaralenone et toxine T2) dans les grains des hybrides (effet génotype : G), dans trois environnements différents (effet environnement : E). Les interactions G x E seront également évaluées.   


Résumé du projet

En collaboration avec le Réseau grandes cultures du Québec (RGCQ), les gestionnaires des essais sur le maïs recueilleront des échantillons représentatifs de maïs-grain au moment de la récolte et feront sécher ces échantillons avant de les envoyer au laboratoire pour analyses. Ensuite, on déterminera le lien entre la teneur en mycotoxines  et la maturité physiologique des hybrides en utilisant  la méthode mise au point par Tremblay et al. (2008). On évaluera également l’efficacité d’une application de fongicide en ce qui concerne la teneur en mycotoxines dans les grains de 24 hybrides différents. Ce test sera effectué en deux lieux différents au cours des deux prochaines années. Un test semblable a déjà été fait en 2009. On peut se procurer des échantillons de grains provenant des parcelles de 2009;  les analyses des mycotoxines de ces grains seront d’un  intérêt particulier, car les conditions climatiques de croissance en 2009 étaient très propices à l’apparition des champignons qui ont finalement mené à la contamination par les mycotoxines. Étant donné qu’en 2009 les conditions météorologiques étaient très propices à l’apparition de nombreuses maladies, il sera intéressant d’effectuer des analyses sur le maïs-grain provenant de cette récolte du RGCQ. On l’analysera pour déterminer la teneur en mycotoxines   


Réalisations importantes

On a recueilli au total 1486 échantillons et effectué en tout 4 058 analyses des quatre toxines (DON, FUM, ZEN et T2). L’analyse des toxines de 24 génotypes a été effectuée sur 384 échantillons, et l’analyse statistique sur trois ensembles sur quatre (288 échantillons). Les échantillons de maïs du RGCQ prélevés en 2009 à Princeville et à Saint-Mathieu-de-Belœil ont été analysés pour ce qui est des quatre toxines, et des analyses statistiques ont été effectuées. On n’a observé aucun effet génotype. Les résultats de l’expérience de 2010 ont montré un effet génotype important sur le DON à l’essai  de Saint-Mathieu-de-Belœil et sur le DON, le ZEN et le T2 à l’essai de Princeville.

Documents associés

Gérer les mycotoxines différemment (en anglais seulement, il sera disponible en français prochainement)